Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 15:51

Pour soutenir personnellement l'action des parents d’élèves de Vincennes, vous pouvez envoyer ce courrier au Ministre de l'Education Nationale. La lecture de cette lettre vous retrace l'historique des actions menées par l'association cette année.

N'oubliez pas de renseigner votre adresse pour un retour et de signer le courrier. Plus nous agissons maintenant plus nous aurons de marche de manœuvre pour la rentrée.

Merci par avance  de votre soutien

Et voici l'adresse du Ministre : 

Ministre de l’Education Nationale

Mr Jean-Michel Blanquer

110 Rue de Grenelle, 75007 Paris

Utiliser le copier coller pour récupérer le texte de la lettre

 

Nom Prénom

adresse

94300 Vincennes

                                                                              Vincennes, le 30 juin 2017

 

Monsieur le Ministre,

 

Après une rentrée 2016-2017 très difficile dans les classes de maternelle de Vincennes, après une année à proposer un groupe de travail sur le sujet auprès de l’Education Nationale, après une dernière réunion de conseil d’école au cours de laquelle on nous annonce que rien ne changera pour l’année prochaine, je me  demande dans quelle mesure, les décisions prises dans la hâte de la rentrée 2016 peuvent être pérennisées sur le long terme sans une réflexion commune avec les associations de parents d’élèves pour trouver des solutions adaptées à tous.

Lors de la rentrée 2016, l’organisation a été changée au dernier moment, ceci sans consultation préalable, créant beaucoup de frustration et contraignant les enfants de 3 ans à entrer seuls dans l’école dès le deuxième jour, et seuls pour les moyennes et grandes sections dès le premier jour, y compris pour les nouveaux inscrits.

Alors, dès septembre, les associations de parents ont voulu anticiper la rentrée 2017-2018 : elles ont rencontré l’inspectrice de l’éducation nationale en octobre, remis le sujet à tous les conseils de maternelle et lors de leurs rencontres avec la Mairie, discuté de ce point lors de toutes les réunions PEDT.

A chaque fois, elles ont proposé une rencontre entre tous les acteurs de la communauté éducative (Education Nationale, Mairie, Associations parents d’élèves) au sujet de la prochaine rentrée : aucun retour.

Au dernier conseil d’école, en juin, elles ont appris que les modalités de la rentrée 2017-2018 ne changeraient pas et que les enfants de moyenne et grande section seront accueillis sur le trottoir dès le premier jour sans aucune possibilité pour les parents d’accompagner leurs enfants dans les classes.

Pour les petites sections, la rentrée sera échelonnée sur deux jours avec la possibilité d’accompagner les enfants les 7 premiers jours d’école dans leurs classes. Passé ce délai ils seront accueillis sur le trottoir comme les autres; entrainant des scènes que l’on a vécues l’année dernière, enfants en pleurs, cris, arrachement des enfants des bras des parents, accueil prolongé sur le trottoir pour faire face aux situations de crises, sentiment d’insécurité, frustration … Et, ce faisant, ces cris et pleurs inquiètent les enfants de moyenne section accueillis eux aussi par la même porte et forcément fragilisés par cette rentrée brutale et violente, sur le plan émotionnel.

Cette situation génère plusieurs difficultés :

  • Les parents ne peuvent plus aider à l’habillage et déshabillage des enfants (avec un ou deux adultes par classe), temps perdu pour les apprentissages.
  • Le lien entre l’école et les familles est actuellement mis en avant comme facteur de réussite, d’intégration et de réduction de la violence. En interdisant aux familles de rentrer dans les écoles, ce lien est fortement mis à mal. Cela va à l’encontre des orientations du Ministère de l’Education et des politiques locales qui font de la coéducation un enjeu majeur.
  • Les temps de transition que constituent l’accueil et la sortie de l’école sont particulièrement importants pour le jeune enfant, ils ont été soigneusement pensés par les équipes enseignantes, en appui sur les programmes nationaux pour répondre au mieux aux besoins de l’enfant. Ils ont été supprimés du jour au lendemain sans remise en question depuis, sans évolution dans le sens du bienêtre des enfants.

N’ayant reçu aucune réponse de l’institution cette année :

Je demande la communication des textes écrits afférents à l’organisation de la rentrée des classes de maternelle interdisant l’accompagnement des parents dans les classes, car il semblerait que ce ne soient que des consignes orales.

Je voudrais également attirer votre attention sur deux mesures :

1/ A ce jour, je ne trouve aucun texte interdisant l’accès des parents au sein de l’école dans le bulletin officiel relatif à la sécurité émanant du site officiel du gouvernement (NOR INTK 171711450J du 12-04-2017).

Pourquoi sur la commune de Montreuil, située à 1kilomètre, les parents rentrent dans l’école et que nous à Vincennes nous trouvons les portes closes ?

Pire, nous agissons  en contradiction avec l’article 2-4-2 du plan gouvernemental Vigipirate « en vue de limiter les attroupements », car nous battons des records de rassemblement lors des premiers jours de rentrée et tout au long de l’année. De ce fait nous ne respectons pas les mesures préfectorales, que nous rappellent quotidiennement les affiches Vigipirate devant la porte de la maternelle.

2/ D’autre part, aux heures des repas,  nous nous retrouvons en contradiction avec les mesures anti-intrusion. Après la pause déjeuner, les portes de l’école sont grandes ouvertes afin que les enfants réintègrent l’école, à ce moment-là une seule personne est affectée à ce poste. J’aimerais comprendre comment une personne non formée peut faire barrage à un individu malveillant qui voudrait entrer dans l’école, tout en assurant en même temps son rôle d’enseignant en accueillant et guidant l’enfant vers la cour, et de temps à autre, prendre le temps pour discuter avec un parent demandeur de contact avec l’enseignant .

N’oublions pas le principal, l’intérêt des enfants et leur sécurité y compris affective. Pour moi la décision d’exclure les parents de l’école va à l’encontre d’un des objectifs de l’Education Nationale qui est de renforcer les liens avec les parents (« La coéducation : annonce de la Ministre sur les relations entre les parents et l’école », du 15 novembre 2015).

Les échanges entre parents et enseignants sont devenus très succincts voire quasi-inexistants, ce qui entrave le développement d’un véritable partenariat instituteurs-parents autour des enfants et de leur éducation. Ces liens sont pourtant essentiels pour la réussite des missions de l’école. Leur absence peut être à l’origine de sentiments de méfiance et d’incompréhension de part et d’autre, et préjudiciables pour les enfants.

Dès lors l’école m’apparait comme un sanctuaire impénétrable sans possibilité de regards extérieurs, pourtant nécessaires et enrichissants si un climat d’échange convivial et serein est favorisé par des rencontres régulières dans le respect des rôles de chacun.

La circulation des parents dans les classes donnerait aussi la possibilité aux instituteurs de mettre en valeur leur travail, par exemple en exposant les œuvres des enfants, supports aux discussions sur leur évolution au sein de l’école.

Enfin, et c'est le point majeur, cette décision ne crée pas les conditions propices à une prise de contact en douceur avec l'école chez les plus petits. Il n'y a qu'à observer le matin les enfants en pleurs qu’il faut faire entrer dans l’école mais sans leurs parents, et ce durant plusieurs semaines après la rentrée. Cette situation de « violence » en 2017 est inacceptable. Les besoins psychologiques des enfants ne sont pas respectés. Souvent difficile entre les parents et les enfants, la séparation, pour être mieux supportée, exige au préalable des moments de préparation dans un cadre rassurant. Du temps doit être pris lors de ces nouvelles transitions, pour la sécurité psychique des enfants, aussi importante que la sécurité physique. Le passage de relais à l'instituteur peut alors s'effectuer progressivement plus facilement.

Nous savons que les premiers contacts lors de la rentrée peuvent être déterminants dans la construction du rapport à l'école et donc à tout ce qui s'y joue.

Rentrée festive ? Pour qui ?

Je souhaite des directives qui ne ferment pas l'école aux parents et qui l'ouvrent au monde, avec notamment l’autorisation des sorties scolaires.

Car là aussi les sorties/séjours sont autorisées au compte-goutte : pourquoi certaines le sont, d'autres pas ? Pourquoi sur la commune de Vincennes on ne sort pas au bois, et que celles de Paris 12ème arrondissement y vont ? L'évaluation supposée des risques paraît bien arbitraire et aléatoire, condamnant nos enfants à rester confinés pour de nombreuses années, et peut créer ou alimenter chez eux une peur de la réalité extérieure.

Aussi je demande des garanties écrites sur le déroulement de la rentrée 2017-2018.

Je demande que soient réexaminées les conditions d’accueil des enfants pour la rentrée 2017-2018, je  demande la réintégration des parents dans l’école durant l’année et l’accompagnement des enfants dans leur classes de maternelle comme auparavant et ce pour les trois niveaux. Ces mesures semblent émaner d’une seule personne exerçant un autoritarisme arbitraire et non-fondé n’allant pas dans l’intérêt général et se cachant derrière des consignes de sécurité, incohérentes et parfois à contre-emploi (phénomène d’attroupement).

Je ne pourrai tolérer que les conditions de rentrée évoquées lors de la réunion de rentrée en juin et insuffisantes pour moi, soient, sous prétexte de sécurité, à nouveau réévaluées fin août et arbitrairement changées comme cela a été le cas à la rentrée dernière, sans qu’il existe de concertation préalable avec les représentants des parents d’élèves.

Je ne pourrai accepter un changement de dernière minute imposé sous le coup de l’émotion et de la peur.

Le monde dans lequel nous vivons a changé. Faisons avec. Il faut trouver des solutions adaptées pour tous et à tout moment.

Je souhaite que soient appliquées des mesures nationales, et non locales. Je ne comprends pas que des écoles proches de lieux d’attentats n’aient jamais fermé leurs portes aux parents, que d’autres aient trouvé des solutions pour filtrer les entrées avec des systèmes de cartes permettant l’identification des parents pénétrant au sein de l’école, en accord donc avec les directives gouvernementales, et que d’autres encore ferment définitivement l’accès de l’école  aux parents.

A ce jour, alors que je rédige cette lettre, je viens d’apprendre que les listes des classes maternelles et élémentaires ne seront plus affichées la veille de la rentrée, et que donc les enfants rentreront seuls dans l’école et découvriront seuls leur classe et le nom de leur enseignant.

Mais cette décision va plus loin puisqu’il est question de ne plus afficher le nom des enseignants sur les portes des classes, ni le prénom des élèves sur leur porte-manteau.

Jusqu’où va aller la psychose ? Cette décision, au nom de la sécurité, m’interpelle et m’inquiète. Jusqu’où va mener cette psychose ? Pendant combien d’années ?

Je prône une école de la République ouverte, un cadre accueillant et paisible, un lieu d'échanges positifs avec le monde. Et ainsi créer les conditions d'un meilleur vivre ensemble aujourd'hui et pour demain.

Je reste à votre disposition pour tout échange sur ce sujet et je vous remercie de l’attention bienveillante que vous porterez à mon courrier, dans l’intérêt de nos enfants et de l’Ecole de la République.

Je vous prie d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de ma respectueuse considération.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des parents d'élèves FCPE R. Vernaudon
commenter cet article

commentaires

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de la FCPE Roland Vernaudon
  • Le blog de la FCPE Roland Vernaudon
  • : Bienvenue sur le blog des parents d'élèves FCPE des écoles maternelle et élémentaire Roland Vernaudon, Vincennes.Retrouvez l'actualité concernant l'école de votre enfant et réagissez (courtoisement il va sans dire) aux articles. Contact Elémentaire : Marie Ducos / 06 13 68 05 50, mail : marie.ducos@free.fr Contact maternelle : Géraldine Gahagnon: 06 63 83 45 16 mail : g.gahagnon@yahoo.fr
  • Contact

Recherche